Accueil Actualités Plan du site Contacts Recherche

 
 
Le centre
 

 
Dans la même rubrique

Le Yoga de Patanjali
Les Yoga Sutra - Samadhi pada- 1er Chapitre
Les Yoga Sutra - Sadhana Pada - 2ème chapitre - B
Le Raja Yoga - Tableau récapitulatif
Les Yoga Sutra - Sadhana Pada - 2ème chapitre - C
Les Yoga Sutra - Vibhûti pada - 3ème chapitre - A
La pensée pénétrante...
Synthèse sur le RAJA YOGA

 

 

CENTRE JAYA

 
Les Yoga Sutra - Sadhana Pada - 2ème Chapitre - A


 

Les yoga sutras de Patanjali

Sadhana Pada- Chapitre 2

1ère partie

- Tapah-svâdhyâya-ïshvarapranidhânâni kriyâ-yogah

(aphorisme 1 chap. 2)
« Le yoga de l’action se pratique selon trois modalités inséparables : un effort soutenu, la conscience intérieure de soi et l’abandon au divin« 

Sadhana est la pratique spirituelle ; c’est la mise en œuvre, au moyen de techniques physiques et mentales, du processus de transformation afin d’atteindre les plus hauts stades de la supra-conscience que sont les différents degrés de Samadhi.

Dans le premier chapitre Samadhi Pada, Patanjali présente en effet ces différents degrés et le but à atteindre ; il nous présente ensuite dans le second chapitre, les moyens pour y arriver. Il rappelle également le fondement même de la démarche yoguique qui est la recherche de l’atténuation de la souffrance.
Après avoir identifier les célèbres Vrittis ou vagues de pensées du mental, il aborde ensuite les afflictions du champ émotionnel que sont les cinq Kleshas.

Les Cinq kleshas

-  Avidyâ-asmitâ-râgâ-dvésha-abhinivéshâh kléshâh

(aphorisme 3 chap. 2)

Les KLESHAS Les 5 Afflictions
Avidya ignorance de la réalité telle qu’elle est
Asmita Le sentiment du JE
Raga le désir
Dvesha Le rejet
Abhinivesha L’attachement à la vie ou peur de la mort


- Avidya est l’état d’ignorance qui doit être transcendé pour qui veut connaître le réel, tel que le définit le Védanta.

  • Avidya est ce qui empêche de connaître la réalité du monde " telle qu’elle est " et qui fait que nous la voyons " telle que nous voulons qu’elle soit ". C’est elle qui nous entraîne dans les identifications erronées. voir vrittis.

La manifestation des kleshas se situe au niveau de la douleur mais aussi au niveau de la conduite de l’homme. Elle est la source des autres Kleshas.

L’ignorance de la réalité, pour le Védanta, est l’incapacité pour l’homme à percevoir ce qui est permanent et immuable. Son identification aux phénomènes éphémères de l’existence le maintient dans cet obscurcissement de sa véritable nature. Une célèbre analogie védantique
illustre bien ce concept de l’aveuglement de l’homme.

« Un homme marchait au crépuscule dans une rue éclairée par quelques réverbères. Ayant l’impression de percevoir une forme sur le sol, il est pris de panique à l’idée que cette forme puisse être un serpent. Pris de peur, une appréhension le gagne, une transpiration froide descend le long de son dos, il serre les poings, sa gorge s’assèche. Sa vision du serpent l’envahie. Mais en s’approchant prés de la lumière, il prend conscience soudainement que ce serpent n’est en fait qu’une vieille corde sur le sol. C’est "l’illumination" induite par la connaissance directe de ce qui est réel.
Les sens de cette personne n’étant plus dans l’erreur, son esprit identifie enfin l’objet réel. C’est la connaissance. C’est le Darshan, la vision juste. Et pourtant, son corps a transpiré, son cœur s’est accéléré, sa peur a pris racine. Son mental et son émotionnel ont été mis à l’épreuve.
Avidya est cette ignorance que nous avons très souvent dans la vie, c’est l’expérience erronée. » voir les analogies Védantiques.

- Asmita

  • Le deuxième klesha est le sentiment de l’égo, le « je » par lequel nous nous positionnons dans nos expériences au monde. C’est notre être localisé par rapport à la conscience indifférenciée. C’est cette conscience individuelle qui nous sépare de l’absolu. C’est elle qui nous fait croire que nous agissons de notre propre volonté, qui nous fait devenir l’observateur de nos expériences. Quand il y a dualité, il y a subjectivité. Quand il y a fusion, il y a connaissance.

- Raga et Dvesha

  • Le désir et le rejet sont les deux grands kleshas qui animent en permanence nos comportements. Et ces modes de fonctionnement sont très ancrés en nous, dès la petite enfance. Nous ne sommes jamais contents de ce que nous avons et nous en voulons toujours plus. Ce sentiment est lié à un manque, une sensation d’inachèvement. C’est une insatisfaction permanente. Quant au rejet, c’est le refus de s’abandonner, c’est le refus de lâcher-prise dans l’instant présent, c’est le refus de s’ouvrir à ce qui vient. Ce refus d’intégrer la différence est un immobilisme afin de nous protéger d’une souffrance potentielle.

- Abhinivésha

  • C’est la conscience de soi-même qui bien souvent nous rend égoïste et non attentionné aux autres. C’est l’instinct de survie qui même dans un mode de vie social sans danger, fait que nous faisons toujours passer nos intérêts en premier. Cela va bien souvent jusqu’à l’indécence. Cet instinct de conservation est imprégné de peur, d’insécurité, et cette appréhension de la mort est bien enracinée dans nombreuses de nos réactions. C’est la toile de fond de notre détresse existentielle. Quant à l’attachement au corps, il est dit « qu’il disparaît chez ceux qui ont atteint Viveka », le discernement.

Les Vrittis et Kleshas sont donc étroitement liés et se manifestent dans le champ de la substance mentale, Manas. Elles induisent ainsi les expériences de la souffrance à des niveaux d’intensité différents.
Toute la problématique posée par Patanjali est :

Comment éviter ou diminuer la souffrance venant des kleshas ?

Sa réponse immédiate est :

- Dhyâna-héyâs tad-vrittayah

(aphorisme 11 chap. 2)

  • Les perturbations mentales (vrittis) qu’entraînent les afflictions (kleshas) peuvent être éliminées par la Méditation (Dhyâna).

Pour la tradition Indienne, la souffrance vient d’Avidya, la non-connaissance de la réalité.
Non seulement, l’homme est sujet à l’illusion du monde phénoménal mais il entretien d’autant plus ses souffrances par le processus inéluctable du karma. Dans cette loi de cause à effet, les mécanismes de la souffrance prennent leurs racines dans chacun des actes de chaque existence.
Ce fardeau karmique s’alourdit de plus par le jeu des trois Gunas voir gunas auquel l’individu est soumis dans cet univers manifesté.

- Pour le Sage, ici-bas, tout est douleur car tout est soumis au changement et à l’impermanence. Seule la pratique spirituelle donne le discernement et les moyens pour éviter les « douleurs à venir ».

La pratique du Yoga est donc de mettre fin à cet engrenage des bonheurs et des souffrances de
l’ existence.

Viveka le discernement spirituel

- Tad-artha éva drishyasya âtmâ

(aphorisme 21 chap. 2)

  • La raison d’être de ce qui est vu est seulement d’être vu.

Dans le processus d’Avidya (ignorance), l’être individuel est pris au piège de ses identifications avec les agents "limitants" de sa perception, voir tableau des Upadhis.

Sa perception ou sa connaissance directe du Soi absolu et sans qualités ne peut relever que du Darshan, la vision éclairée de cet essentiel. Le monde des manifestations où jouent les trois Gunas n’est donc que le reflet manifesté de cet absolu non manifesté.

C’est le Brahman du Védanta (système non dualiste), mais c’est aussi le Purusha, l’esprit par rapport à la Prakriti, la matière manifestée du Samkhya (système dualiste).

Le chercheur spirituel est donc celui qui va apprendre à discerner ce qui est réel de ce qui est irréel, de ce qui est permanent derrière l’impermanence, de ce qui localisé par rapport à ce qui est non-localisé.
Cette vision duale que nous avons du monde nous sépare de notre nature essentielle.
Pour l’éveillé, la perception du monde est claire et sans confusion. Il n’est plus sujet à ces identifications à l’éphémère. Il est unit et de pure conscience.
Il n’y a plus de séparation entre le spectateur et le spectacle.
Il est établit dans Viveka

- Viveka-khyâtir-a-viplavâ hâna-upâyah

(aphorisme 26 chap. 2)

  • Le discernement, pratiqué de façon ininterrompue, est le moyen de mettre fin à l’inconnaissance du réel

 

Get Adobe Flash player
 
 
FORUM DE L'ARTICLE

 
 
Articles connexes :
 
 


Accueil Actualités Plan du site Contacts Recherche



Copyright © CENTRE JAYA 2017
Réalisé avec SPIP
Centre Jaya 6 place de la liberté 97490 Sainte Clotilde
téléphone : 0262 73 04 00

facebook