• 4 Allée d’Alsace 40530 Labenne Océan
  • +262 692369208 Jaya
  • +262 692559297 Maheswari
  • centrejayayoga@gmail.com

La Raison d’être

Conférence donnée par Jaya Yogācārya en cours de méditation du 26 oct 2022 en visio de la métropolee via la Réunion

Bonsoir à vous tous. C’est toujours un plaisir de vous retrouver et même si nous sommes à présent physiquement éloignées de vous, nous sommes toujours là.

Nous sommes si loin … et pourtant si près...
Nous sommes si près l’un de l’autre lorsque nous restons conscient, conscient de nous-même autant que de l’autre.
Lorsque nous sommes habités par une conscience limitée de nous-même, lorsque nous perdons le sens subtil de notre nature, voire divine, pour peu que l’on s’éloigne de la pratique méditative ou des enseignements, nous ne percevons l’autre qu’avec ce niveau-là de conscience et le voyons grossier lui aussi.

Mais l’autre ne fonctionne pas forcément sur cette même vibration.

Au lieu d’estimer qu’il vibre sur une longueur d’onde inférieure, il est préférable de toujours lui accorder plus de valeur qu’il n’en a.
Bien sûr, il ne s’agit pas d’accorder du credit à l’assassin ou au voleur.
Donner du crédit à l’autre en général, apporte assurément la désillusion à l’idéaliste à un moment ou à un autre.
Spirituellement, cela met cependant à l’abri d’une potentielle « attirance misantropique » que le genre humain pourrait nous inspirer au vu de sa nature sauvage, déguisée de nos jours sous un civisme de convenances - du moins dans nos pays nantis où elle est censée avoir perdu cette partie animale.

Je suis sûre que Maheswari n‘est pas d’accord avec ce discours-là et aime m’identifier à une idéaliste naïve…. Loin d’être naïve, je reste une idéaliste qui croit à la transcendance du genre humain. J’ai passé ma vie à atteindre mes idéaux tout en apprenant à voir la réalité telle qu’elle est et non telle que j’aurais voulu qu’elle soit.
Paradoxalement en apparence, dans ce travail quantique et yogique de transcendance, je me suis aussi aperçue que l’aspect de la réalité sur laquelle nous pouvons agir, est celle que nous façonnons en partie par nos intentions et notre mise en action de cette intention. Nous pouvons agir sur une grande partie de cette réalité.

Depuis la nuit des temps, l’être humain s’est toujours posé la question de savoir ; « Pourquoi sa vie était ainsi et non pas autrement ? ».
Pourquoi sa réalité était celle-ci et non celle-là ?
Nous passons tous dans notre existence, par des périodes fastes et joyeuses, insouciantes, entrecoupées de périodes délicates, voire éprouvantes.
Nous pouvons parfois être heureux, léger et conscient ou malheureux et inconscient, l’esprit ou le coeur obscurcis par des mauvais ressentis, des confusions mentales, des interprétations erronées ou des évènements extérieurs négatifs.
Certains traversent la vie comme une tornade, d’autres surfent habilement sur elle, d’autres la traversent comme un long fleuve tranquille en se maintenant sur une ligne de confort ronronnante. Certains la subissent, certains la contrôlent dans la limite du possible.
La réalité du monde, la fragilité humaine, sa mortalité rattrapent cependant toujours, d’une façon ou d’une autre, chacun d’entre-nous.

4

Le confort matériel après lequel nous courrons est temporaire et illusoire.
Même s’il est nécessaire pour notre maintien, notre confort doit être ailleurs.

La vieillesse, la dégénérescence, la perte des facultés physiques et mentales, la maladie, les accidents peuvent frapper à notre porte à n‘importe quel moment.

Mais l’aventure agréable aussi !

Pour les chercheurs spirituels, la belle aventure de la réalité reste ouverte et reste source de rebondissement et de créativité, même à un âge mûr.

A la question suivante posée lors d’une interview à Michel Serres, lui-même très actif et vif pour son âge mûr ; « Selon vous, quels sont les moyens de rester jeune ? »-
Il répondit :
« Il semblerait que pour les humains, il y ait trois façons de le rester ;

-  la 1ère , pour la majorité, serait la chirurgie esthétique . Il est aisé d’en comprendre la limite et son cruel retour.

-  la 2e, se lever tôt le matin et aller s’aérer en faisant de l’exercice physique .

3

Cela marche en effet pour un certains nombres d’hommes et femmes courageux et volontaires. Nous pouvons de nos jours, rencontrer des vieillards encore verts.
Les yogis parmi d’autres en sont un bel exemple .
Le yoga, bien sûr, apportant de plus les qualités respiratoires et énergétiques ainsi que les facultés mentales qui vont de pair avec cette pratique millénaire qui associent le travail de l’esprit et du corps par les techniques ésotériques relevant de l’initiation et du cheminement spirituel.
Autrement dit, nous pouvons avoir des personnes encore vertes physiquement mais non évoluées intérieurement.
Ce à quoi le yoga peut parer !

« - La 3e façon , nous dit le philosophe, c’est qu’au lieu de regarder les séries américaines sur Netflix (ou les feux de l’amour pour les très anciens …) tous les jours, avec les conditionnements qu’elles apportent, sachez-vous imposer de lire chaque jour, voire une seule page par jour, d’un texte difficile à comprendre. Faites l’effort de compréhension, posez-vous un défi intellectuel de compréhension chaque jour.  »

C’est ce que personnellement, je vous propose entre-autres, dans mon enseignement du kriyā yoga क्रिया योग.
Je vous mets au défi d’ouvrir votre esprit, de mémoriser et de faire des liens entre l’enseignement symbolique, les grands concepts métaphysiques et la pratique.

Et c’est très payant en terme de développement de l’intelligence et des facultés mentales de mémorisation, d’intuition, d‘ouverture, d’analyse, de culture, de savoir et surtout de développement des facultés psychiques insoupçonnées par l’homme ordinaire.

Lorsque je vois des élèves abandonner la pratique, j’en suis fort étonnée.
Je suis déjà navrée pour moi-même par l’investissement passé patiemment à leur enseigner cette science magnifique et anciennement réservée aux initiés. Mais cela fait partie de mon sacerdoce.
Je suis navrée également pour l’autre.
Nos contemporains ne saisissent pas la chance qu’ils ont d’une part à pouvoir accéder de nos jours à ces techniques ésotériques millénaires si précieuses, encore préservées par nous et gardées secrètes durant des siècles, et d’autre part, d’avoir à leur disposition un guide apte à cela.

Après tout, c’est leur chemin de vie !
Nous pourrions penser qu’ils ont dans ces cas là, atteint le principe de Peter et qu’ils arrivent à leur seuil d’incompétence dans ce domaine.
Pour le yogi, l’ego n’a pas encore compris, couvre l’Ātman आत्मन् et passe à côté de cette opportunité de grandir spirituellement.
Et c’est ainsi qu’en tant de guide expérimentée, je vois l’or leur filer des doigts.
Je les vois comme des jeunes voyants qui redeviennent aveugles et retournent avancer dans le noir de l’illusion du monde.

Ils sont libres après tout de le faire et de transformer leur cours de yoga en cours de théâtre ou de zumba.

Ils m’aident ainsi à travailler au total détachement.

Je vois aussi, souvent, de jeunes pratiquants quitter au bout de quelques mois la pratique et retourner sur les réseaux sociaux pour y porter une parole « spiritueuse » du peu qu’ils n’ont pas forcément compris, à défaut qu’elle soit mûrement spirituelle.
Ou bien, je vois des élèves qui abandonnent après des années de pratique pour des motifs secondaires qui indiquent la non importance de leur quête et la méconnaissance que les acquis de la pratique doivent être entretenus pour qu’ils s’installent dans le temps.
Et l’on me remercie chaleureusement pour ce bel enseignement.

A mes yeux, les enjeux sont bien plus grands pour l’être que ses activités culturelles du moment, telle son cours de yoga quotidien.
Ce n’est pas ce que je propose. Après tant d’années d’enseignement du yoga, je mets la barre bien plus haute que cela.
Heureusement, bon nombre de mes élèves avancés maintiennent le cap.
C’est la voie des forts et du rasoir.

Le crédo de beaucoup de vieilles personnes qui ronronnent est souvent :
« Ah !que la vie est difficile ! ». Souvent, ceux qui disent cela ne sont pas les moins nantis !
Certains vous diront d’ailleurs que la jeunesse est un mensonge car elle ne nous explique pas ce qui nous attend en vieillissant.
Le constat est en effet incontournable. Dans nos sociétés contemporaines, la dictature de la jeunesse est l’une des cruautés de notre civilisation, d’autant plus si votre attachement aux apparence du corps est grand.

La majorité des personnes qui se posent donc la question de savoir pourquoi leur vie est ainsi à ce moment-là, vont chercher l‘explication dans les liens qu’ils peuvent faire avec les schémas parentaux, leurs environnements géo-politiques, sociétaux, voire leurs influences philosophiques ou religieuses.
Notre main sur notre réalité semble en partie contrôlée et en grande partie incontrôlable.
Lorsqu’une personne se tourne vers la spiritualité, c’est qu’elle éprouve le besoin de prendre la main sur sa réalité et de saisir le pourquoi de son existence.

Aux besoins de comprendre la vie elle-même, va s’ajouter le besoin de se réaliser personnellement dans cette réalité.

Quelle est ma raison d’être dans cette réalité qui Est ainsi ?
1

Mais pour se poser cette question là, cela nécessite d’adopter le statut du chercheur spirituel.
Quel est ce statut ?
C’est prendre suffisamment la position de l’observateur pour devenir un témoin objectif apte à identifier les mécanismes de nos dépendances à nos valeurs, nos croyances et aux systèmes phagocytaires qui nous dirigent.

Ma raison d’être peut alors être obtenue par maints aspect de l’existence, tels profiter de la vie, me dépasser, me réaliser soit par le travail, par la créativité, par l’amour, grandir, devenir meilleur, optimiser mes compétences, me consacrer à une œuvre ou une mission sociale ou personnelle, m’exprimer, devenir autonome, être utile, réussir ce que l’on entreprend, atteindre mes objectifs.
Bref, Réussir mes intentions par l’action de vivre.
Nous avons vu à la dernière conférence, les étapes pour obtenir cette réussite là.

Le yoga et la méditation ont pour postulat, la réalisation de l’être vers les sommets élevés de l’expression humaine, physiquement, mentalement.
L’éveil yogique est in-dissocié de la réalisation spirituelle , qui implique la réalisation de soi et surtout du Soi.
Les qualités et aptitudes que développent la pratique yoguique doivent être maitrisées pour atteindre ce bel objectif.
Mais surtout, le yoga est un système pratique mystique qui répond à ces deux attentes de la nature humaine :
-  Quel est le sens profond et occulté de la réalité apparente ?
et
-  Comment puis je me réaliser pleinement dans l’absolu de cette réalité en transcendant ma nature égocentrique, subjective et temporelle.

Nous qui sommes dans la quête de l’absolu et de l’essentiel, nous sommes pris au piège d’une société qui a évolué vers un système économique et technologique hyper développé pour répondre à des besoins humains auxquels la nature seule et primitive ne pouvait plus répondre.

Et c’est ainsi qu’aujourd’hui, beaucoup d’entre-nous ont besoin d’une alimentation bio et d’une plus grande puissance de calcul pour nos ordinateurs qui nous permettent de porter la parole spirituelle.
Nous n’échappons pas à notre propre paradoxe.
Nous nourrissons ainsi par nos besoins, les systèmes de productivité mondiale.
Mais aidons-nous vraiment à satisfaire les besoins fondamentaux de chacun, à commencer par les nôtres ?
Cela répond-t-il à nos attentes existentielles et profondes ? En sommes nous plus heureux ?
L’être contemporain semble plutôt morose et inquiet de son devenir.
Nous sommes tous pris au piège, là encore, entre nos prises de conscience quand ils s’agit de nous rebeller en tant qu’être asservi et nos conditionnements nombreux et insidieux.
Nous sommes pris au piège entre un système économique qui nous pousse à la surconsommation d’un côté et un système politique d’un autre côté cote nous invite à moins consommer au vu de la crise.

Je suis toujours étonnée de voir dans les créations publicitaires, la mise en situation des individus qui se doivent d’être funs, insouciants, dérisoires, sans peur du ridicule pour porter la marque à vendre alors que la majorité des individus galèrent contre la vie chère et sont loin d’être si superficiels.

Que nous vend-on ? De l’éphémère et non un bonheur durable .

Seul le développement de Soi peut l’apporter et vous tous ici ce soir, pratiquants de la voie de l’éveil, l’avez compris.
Les chercheurs spirituels du monde entier l’ont compris, mais combien d’autres sont encore insouciants ?
Les réseaux sociaux sont, principalement chez les jeunes contemporains, la démonstration paradoxale et à grande échelle, par l’excès de démonstrations égotiques individuelles, par les effets de mode, d’adhésions et d’imitation, de jeux et de défis dérisoires, du manque véritable d’estime de soi, et de la méconnaissance des besoins fondamentaux et existentiels de la nature humaine.

Cette société humaine se retrouve avec des générations immatures alors que les enjeux sont de plus en importants à la survie du groupe humain.

Certains d’entre-vous ne le pensent pas et sont persuadés que les jeunes générations à commencer par leurs propres enfants, sont conscientes des problèmes.
Oui bien sûr, certains le sont mais qui et combien le sont par rapport à la masse ?
Sont-ce des enfants privilégiés ou enfants de parents déjà chercheurs spirituels ?
Il y a des chances que cela soit ainsi.
Or combien pensez-vous qu’il y ait de gens qui soient chercheurs ?
Et c’est pour cela que vos amis pratiquants de yoga ou autre, sont précieux et doivent être respectés et préservés.
Ils sont des pierres précieuses dans ce monde.
Plus que jamais, la pratique de l’éveil et la réalisation de votre être et de vos besoins se justifie dans ce monde actuel.
2
Alors oui, si je dois aller travailler et gagner de l’argent, pourquoi dois-je le faire ?
Pour faire ce que j’aime et non nourrir un système qui m’asservit.
Ne perdez pas votre temps ni votre énergie.
Diminuez si possible vos contraintes ? Votre seul but n’est pas de gagner de l’argent mais de faire ce que vous aimez.
Travailler pour faire ce que vous aimez, pour être ce que vous voulez Être et avoir ce dont vous avez besoin.

Pour y arriver ?
Être à l’écoute de vous-même, enfin !
C’est le propos du yoga depuis des milliers années.
Hari Om tat Sat
Jaya yogacarya

Bibliographie ;
- « Neuroquantis » d’Olivier Masselot aux edts Le courrier du livre.
- Adaptation et commentaire Jaya yogacarya

Messages

  • “Travailler pour faire ce que vous aimez, pour être ce que vous voulez Être et avoir ce dont vous avez besoin. “ :
    Oui car la notion de travail disparaît alors !…
    Merci Jaya !

  • ”Quelle est ma raison d’être dans cette réalité qui Est ainsi ? “ :
    C’est la seule véritable question à se poser pour entamer un début de recherche… il suffit d’aller contempler un beau ciel étoilé la nuit et la question vient automatiquement car aussi étrange que cela paraisse c’est le passé qui se présente devant nous, on devrait enseigner l’astronomie à l’école plutôt que la géographie terrestre, une façon d’augmenter son champ de vision…une façon aussi de “ faire le point” et cesser de tourner autour de nous-même…
    Encore merci Jaya !

  • « Nous pourrions penser qu’ils ont dans ces cas-là, atteint le principe de Peter et qu’ils arrivent à leur seuil d’incompétence dans ce domaine. » :
    Pour rire…trouvé sur le net ce matin :
    “ Le principe de Peter connaît une extension a posteriori, le Principe de Dilbert (du nom d’un personnage de bande dessinée), qui affirme de façon humoristique : « Les gens les moins compétents sont systématiquement affectés aux postes où ils risquent de causer le moins de dégâts : ceux de managers. »

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?


Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)