• 6 place de la liberté, 97490 Sainte Clotilde
  • +262 262 73 04 00
  • centrejayayoga@gmail.com

"Obtenir ! "

Conférence donnée par Jaya Yogācārya en cours de méditation du 25 juin 2021

Le yoga est là pour permettre à l’être humain de se libérer de ses limitations et ce, par le processus de la transcendance.
Bien qu’enchâssé dans le temps et l’espace et assujetti au déclin et à la mort cellulaire, l’homme a crée ce système pratique mystique philosophique pour lui permettre d’accéder à la manifestation la plus noble de sa nature et si possible dans tous les plans : physique, émotionnel, psychique, intellectuel et spirituel.
Cette quête de la libération se fait donc des plans les plus grossiers de l’existence aux plans les plus subtils et situe l’homme dans son propre règne, sur une échelle de valeur selon son niveau de développement personnel. Mais l’objectif secret du yoga est la transcendance de ce règne humain pour ramener l’homme à sa dimension divine. Au-delà des extrapolations imagées et dogmatiques de la religion concernant les pouvoirs surhumains des divinités, le yoga s’intéresse avant tout à l’individu dans son rapport à l’absolu inqualifiable, sans nom et sans forme, cette supra-conscience, ce principe qui maintient toute manifestation dans notre univers.
Il cherche à transcender cette mort cellulaire pour la re-situer dans sa logique cosmique.

Le travail yoguique consiste donc à optimiser les facultés humaines, repousser leurs limites et permettre à l’homme de négocier avec les lois de la nature qui le gouvernent, à la mesure de sa compréhension du moment.
En évoluant, il élargit chaque jour davantage cette compréhension. Si l’homme est encore loin d’avoir compris tous les mystères de la nature - qui sont probablement infinis - il réussit à soulever à pas de fourmi, les vérités qui se cachent sous les phénomènes.
Il le fait par la luminosité de son intelligence (la buddhi बुद्धि éveillée) et de sa quête.

Avant d’atteindre la réalisation spirituelle par la transcendance absolue, il lui faut se débattre dans la vie ordinaire.
Dans son dialogue et son interaction quotidienne avec la réalité du monde, « de son monde », il lui faut survivre, obtenir ce qu’il veut.

1

La réalité ne lui facilite pas la tâche et ne répond pas spontanément à ses moindres désirs.
Ce n’est pas que la réalité ait un dessein négatif à son encontre, la réalité n’ayant pas apparemment de sentiments particuliers à son égard. La réalité est un champ informationnel infini de potentialités et nous sommes aptes à en matérialiser certaines, celles qui définissent notre existence.
La réalité des hommes est celle qu’ils créent par leurs propres croyances et projections mentales, par leurs réalisations matérielles. Le monde écoute et répond à leurs désirs comme un serviteur, mais ne répond cependant pas toujours correctement à leurs attentes car leurs demandes sont souvent mal formulées.

Si le monde ne répond pas à vos attentes, cela viendrait-il des limites que vous vous mettez à vous-même ?

Nous sommes définis par un décor de vie que nous avons façonné anciennement par nos choix conscients ou inconscients, notre appartenance à des constellations, familiales, sociales, des rencontres, des aléas. Une fois mis en place, ce décor de vie que nous alimentons chaque jour par nos actions et nos pensées, nous entraine dans des fonctionnements habituels, des repères, des structures bien huilées, matérielles, financières, psychologiques, relationnelles qui nous maintiennent dans cette vie quotidienne. Nous vivons ou survivons plus ou moins confortablement pour les nantis que nous sommes.

Souvent après tant d’années de bonne volonté, d’efforts, cette vie-là n’est pas satisfaisante pour autant. Quelque chose manque au bonheur tant espéré.
Comment pouvons-nous alors changer le décor de notre vie en accord harmonieux avec nos attentes ?

Il nous faudrait mettre en œuvre une énergie consciente pour changer notre monde, notre réel.
Fondamentalement, c’est ce que nous faisons en yoga. Nous cherchons à éveiller une énergie qui mette un terme à ce qui est déjà un terme. L’expérience de la śakti शक्ति, l’énergie, permet l’expérience de la Conscience assimilée à la symbolique de Śiva शिव et permet d’atteindre le 4° état dans le principe de l’Adhyāropa अध्यारोप, à savoir l’état de Turīya तुरीय, l’état de libération.

L’expérience de l’énergie peut donc se faire à moindre ambition, dans les simples principes qui nous animent quotidiennement.
Nous pouvons commencer par les mots que nous utilisons dans nos formulations les plus intimes, car les mots ont une influence sur notre réalité.
Si nous pensons face à une situation, « Je n’y arriverai jamais ! », l’univers entend « Il n’y arrivera jamais ! ».
Vous avez passé commande et l’univers s’exécutera. Vous n’y arriverez effectivement jamais !
Les mots négatifs ou positifs ne véhiculent pas les mêmes qualités d’énergie autant pour vous-même que pour le champ d’énergie que vous dégagez.
Nous avons tous dans notre bavardage intérieur, un champ de mêmes mots que nous entretenons, répétons, nourrissons.
Pour la réalité, ce sont des mots neutres mais ils définissent votre énergie mentale, émotionnelle, vos réalisations. Ils peuvent faire des dégâts sur vous et vos proches s’ils sont souvent négatifs et à votre insu.
Nos mots, nos formulations intérieures, nos pensées, notre imagination, nos expériences façonnent des croyances qui créent notre décor de vie, avec nos limites, nos peurs, notre culpabilité, et par la même occasion et en boucle, créent à nouveau des expériences de vie qui à leurs tours, créent des croyances, qui créent à nouveaux des peurs, etc.
Avec la covid-19, les systèmes de santé et politique nous ont bien maintenus dans ce processus par leur stratégie médiatique et offensive basée sur la peur et la nécessité de vaccination. Cela n’enlève pas le bien fondé de la vaccination en elle-même mais le processus est bien là.

V. Zeland, dans son modèle quantique des comportements humains, propose 3 types de croyances qu’il appelle des « croyances limitantes » et qui sont les croyances reposant sur les principes :
- causales : « si je quitte mon travail, je perdrai tout » ;
- égalitaires : « nous allons tous mourir si nous ne nous vaccinons pas ! » ;
- généralisantes : « tous les hommes politiques sont corrompus » ;
Chacune de ces croyances crée en nous une tension, une importance que l’on prend pour une vérité et avec laquelle nous fonctionnons ou sur laquelle nous nous arrêtons.

2

Dans la société humaine, les systèmes phagocytaires créés par les hommes se nourrissent de la bonne volonté des individus sans prise en considération de la liberté de ces derniers.
L’important pour ces systèmes est que l’individu apporte sa participation au système moyennant un échange de type salaire, prestation, objet de consommation et qui permet de faire grossir considérablement le système.
Ces systèmes sont très présents dans notre réalité quotidienne et nourrissent nos croyances, nos peurs, nous amenant à nous positionner toujours dans une relation interactive et dépendante d’eux tels notre travail, notre santé, notre sécurité, etc.

Nous y perdons la possibilité d’être un simple observateur extérieur.
Le yoga vous rappelle sans cesse à ce travail de position de témoin objectif, d’observateur.
Face à un système, nous devenons observateur lorsque nous pouvons sortir du système ou minimiser notre interaction avec lui.
Ces systèmes attractifs, bons ou mauvais, jouent parfaitement avec nos croyances limitantes.
Si nous voulons réaliser un projet quelconque, il nous faudra être en demande face à ces systèmes, ne serait-ce que pour obtenir un prêt auprès de votre banque, une autorisation à la mairie pour construire là, un passeport pour voyager, aller là, etc.

Mais nous pouvons nous-même être notre propre système phagocytaire en nous sabotant de l’intérieur. Nous le faisons par nos culpabilités, nos peurs, nos hontes, notre manque de confiance, notre dévalorisation, nos jugements sur nous-même, nos contraintes, nos auto-blâmes (Maha Lakshmi महालक्ष्मी dans le Trailokyamohana cakra) ?

Ainsi, nous restons intérieurement parfois des années, dans les pensées de nos croyances limitantes :
« si je veux faire le tour du monde, il me faudrait gagner des millions ! » ;
« si je le ou la quitte, je suis une mauvaise personne » ;
« si je quitte mon travail, je vais devenir pauvre » ;
« si je ne suis pas docile, il ou elle me trompera » ; etc.

C’est pour le moins étrange de penser ainsi et c’est, dans tous ces cas, manquer d’imagination, de confiance en soi, de confiance dans la créativité de la vie et nos capacités à changer à et à modifier le cours des choses.

Nous pouvons changer notre réalité quotidienne en changeant nos mécanismes intérieurs et nos croyances sur nous-même et sur le monde que nous façonnons.
Nous pouvons le faire en transformant les croyances limitantes en « croyances ressourçantes ».

3

Souvent, la simple inversion de la formulation de votre croyance limitante en formule positive suffit à faire émerger celle qui va vous inspirer et vous porter, qui va ouvrir votre esprit.
Nos croyances limitantes sont souvent liées à des peurs ou des blessures qui nous renvoient au passé, voire à l’enfance. « Si je fais une bêtise, je vais être puni ! »

De façon plus générale, prenons un exemple de croyance de type causale :
« si je ne fais pas cela, alors cette catastrophe arrivera... ».

L’inversion de cette phrase est de considérer qu’à chaque fois que vous n’avez pas fait cela, il n‘y a pas eu de catastrophe pour autant. Ou bien, vous avez fait cela et la catastrophe est quand même arrivée.
Une croyance ressource, serait par exemple de dire :
« Tout va bien, même quand je ne fais pas cela ! »

Ces croyances ressources pour la réalisation de vos objectifs sont des clés magiques à la réussite, d’autant plus si vous devez être en position de demandeur face à un système dont dépend votre projet. Ce peut être une autorisation à votre employeur, à votre banque, une demande à votre mari ou à vos parents, etc.
Exemple, à votre mari ou à votre femme :
- « Chéri ! je veux prendre un mois de vacances ! Sans toi ! »,
- « Je n’ai plus peur et veux être respectée ! » ;
- « Je veux changer de travail ! » ;
à votre employeur :
- « Je me sens capable d’assumer des responsabilités supérieures » ;
- « Je ne suis plus timide et je prendrai désormais plus facilement la parole pour m’exprimer », etc.

Ainsi donc, il est grand temps pour vous de reconsidérer les formes de vos formulations intérieures tout autant qu’extérieures, celles que vous émettez lorsque vous êtes en position de demandeur face un système dont vous dépendez, même momentanément.

Affirmer ses croyances ressources face aux systèmes doit être fait avec la conviction profonde de vos intentions, sans violence, avec légèreté et authenticité.
Le système face à vous ne réagira qu’à l’énergie de votre intention. Il s’en nourrit. Il n’est donc pas judicieux de lui donner toute votre énergie. C’est vous qui devez obtenir l’énergie du système.
L’amour et la compassion envers autrui facilitent bien souvent les choses, mais il y a des situations dangereuses vers lesquelles il vaudra mieux ne pas aller ni demander quoi que ce soit.
Viveka ! Discernement.
Oui, vous pouvez soulever des montagnes… Il suffit de vous en convaincre.

Hari om tat sat
Jaya Yogācārya

Bibliographie :
- "Les pommes tombent du ciel " de V.Zeland aux éditions Exergue
- Adaptation et commentaire de Jaya Yogācārya

©Centre Jaya de Yoga Vedanta La Réunion

Messages

  • Très Chère Guide
    Votre bienveillance, votre patience nous enchantent, nous, pauvres sadhaks aux pieds boueux.
    Le cadeau de vos clés magiques à la réussite, nous permettra, j’en suis certaine de soulever le poids de nos absurdes limites.
    La tête pleine, le coeur léger la " VIVÉKA" s’illuminera.
    MERCI JAYA

  • Merci Jaya !
    « C’est l’exigence qui crée l’initiation et qui appelle l’initiable… celui qui prend le risque de se sentir étranger au monde, exilé, expatrié,jusqu’à la vision métaphorique du Serpent de feu en lui… ». Daniel Meurois

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?


Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)